La Russie a décidé d’éliminer al-Qaeda qui vole en éclats au Levant

DXbtn4HWsAAyL1O

Par Elijah J. Magnier (à Damas): @ejmalrai

Traduction : Daniel G.

La Russie a décidé d’éliminer al-Qaeda en Syrie en s’attaquant à l’organisation djihadiste et à ses alliés sur plusieurs fronts dans la région rurale d’Idlib, de Homs et de Damas, avec l’intention de l’attaquer bientôt sur d’autres fronts au sud de la Syrie.

La Russie a pris cette décision à la suite de l’implosion du groupe due aux scissions et aux luttes intestines non seulement entre al-Qaeda (alias Front al-Nosra, alias Hay’at Tahrir al-Cham) et ses alliés d’antan hostiles au gouvernement syrien, mais aussi parmi les divers groupes djihadistes purs et durs. Al-Qaeda est tombé sur le sol syrien comme un vase s’éclatant en mille morceaux éparpillés partout.

DXEFg56XUAIX_08
Nouveau group d’al-Qaeda en Syrie: “Tanzim Hurras al-Deen” (Organisation des Guardians de la Religion”.

Mécontents de rester sous la bannière d’al-Qaeda au Levant et de ses dirigeants, trois groupes djihadistes différents ont surgi : Jaish al-Badiya (l’Armée des steppes), Jund al-Malah (les Soldats héroïques) et Jaish al-Sahel (l’Armée de la côte). Ces derniers se sont regroupés en prenant le nom de Tanzim Hurras al-Deen (l’Organisation des gardiens de la religion), en étant actifs au sud d’Idlib, dans la ville de Homs et ailleurs en Syrie.

58735716cefb456bb1e028e9395d3164_18
Abu Hammam al-Suri, le leader du Tanzim Hurras al-Deen, la version plus rigide d’al-Qaeda en Syrie.

Al-Qaeda a été frappé de plein fouet il y a bien longtemps après le meurtre de son dirigeant, Oussama ben Laden, qui avait gagné le respect de tous les groupes djihadistes hostiles à la politique des USA au Moyen-Orient. Même le secrétaire général du Hezbollah chiite libanais, Sayyed Hassan Nasrallah, parlait de lui dans ses discours publics en l’appelant « cheikh Oussama », en signe de respect malgré leurs différences en matière religieuse et dans leurs approches par rapport aux chiites et aux sunnites.

Mais la crise que vit al-Qaeda aujourd’hui ne remonte pas à la mort de Ben Laden, mais à plus loin encore, quand al-Qaeda en Mésopotamie était dirigée par Abou Moussab al-Zarqaoui, qui n’a jamais suivi les recommandations des dirigeants d’al-Qaeda. Non seulement il s’est opposé à eux, mais il a imposé ses propres opinions et interprétations religieuses qui ont amené al-Qaeda en Mésopotamie à pousser l’extrémisme plus loin qu’aucun autre groupe extrémiste religieux connu ne l’avait fait au cours de la décennie précédente. L’acte d’insurrection de Zarqaoui a fait verser bien du sang musulman (non seulement celui des forces d’occupation US en 2003) sous divers prétextes religieux.

La fragmentation d’al-Qaeda s’est accrue au Levant quand Abou Bakr al-Baghdadi a proclamé son « État islamique » (appelé par la suite Daech ou EIIL) et a décidé de dissoudre le Front al-Nosra en rappelant son commandant, Abou Mohammad al-Joulani, qu’il avait envoyé en Syrie pour y établir une base. Joulani a alors choisi de se dissocier de son émir et de renoncer à son serment d’allégeance à Baghdadi (ce qui va à l’encontre de la loi islamique). Sans prévenir, il a par la suite déclaré sa loyauté au dirigeant d’al-Qaeda Ayman al-Zawahiri, pour assurer ses arrières et pouvoir garder le pouvoir et le contrôle sous son commandement.

L’empressement d’Al-Zawahiri à accepter le serment d’allégeance d’al-Joulani a été une grave erreur. Cela a entraîné une lutte intestine entre coreligionnaires qui a permis à leurs ennemis de les disperser et de faciliter leur élimination avec le temps. Ce fractionnement involontaire mais déterminé a permis en fait de protéger la Syrie, le Liban, l’Irak, la Jordanie et les pays voisins contre une armée de militants qui étaient capables, déterminés et extrêmement nombreux.

 

DXNrluuX4AASE5y
Appel à la manifestation générale pour demander à Jabhat al-Nousra de quitter les villes (anti-gouvernemantal) au nord de la Syrie.

Zawaheri, qui a reconnu son erreur lorsqu’il s’est adressé aux dirigeants de Daech, a dit que s’il y avait eu un contact direct précédemment et une demande claire de rejeter l’allégeance d’al-Joulani, il n’aurait pas refusé de le faire, de façon à maintenir l’allégeance de Joulani à l’endroit de Baghdadi et l’unité au sein de l’organisation. La décision hâtive et malheureuse de Zawaheri trahissait son empressement à prendre le contrôle d’al-Qaeda en Syrie qui était tout puissant, en plus de faire ressortir la faiblesse principale et le manque de jugement d’al-Qaeda central à la suite du meurtre de Ben Laden.

La faiblesse et l’éloignement de la direction centrale d’al-Qaeda par rapport au Levant, ainsi que l’absence d’un leader charismatique, ont permis à bien des groupes d’exploiter le nom d’al-Qaeda (comme « marque déposée ») dans le but d’attirer des recrues locales et de l’étranger sans adhérer à ses enseignements et à ses objectifs, comme Zarquaoui et Baghdadi l’avaient fait.

DXMw06TX0AAtv2m
Jabhat al-Nousra kidnappe Naser Za’tur à Kfarnub’bl, au nord de la Syrie.

Ainsi, passer d’« al-Qaeda au Levant » au « Front al-Nosra », puis à « Jaish al-Fath » pour finir par « Hay’at Tahrir al-Cham » n’a pas permis de camoufler la véritable identité d’al-Qaeda. En changeant son fusil d’épaule, Joulani n’a fait que semer la confusion, notamment lorsque des renseignements contradictoires ont circulé à propos du maintien de son allégeance à Zawaheri dans le plus grand secret.

Les combattants étrangers qui se sont joints à Joulani au cours des premières années de la guerre syrienne étaient motivés par son serment d’allégeance à « al-Qaeda », mais aussi parce qu’il avait réussi à mener des centaines d’attaques suicides très fructueuses contre l’armée syrienne, à gagner du terrain et à occuper des villes. Des milliers de recrues, sur place et de l’étranger, ont alors atteint une force disproportionnée qui a amené le même Zawaheri à appeler tous les moudjahidines du Moyen-Orient à se rendre au Levant sous la même bannière.

Screen Shot 2018-03-06 at 07.37.21
Message vidéo d’un combattant étranger demandant à tous les combattants ouzbeks et turkistanais de rester neutres face aux luttes entre les djihadistes en Syrie

Mais al-Joulani a changé d’attitude et, au fil des ans, a osé emprisonner des dirigeants et des législateurs d’al-Qaeda (comme le Jordanien Sami al-‘Aridi et Abou Jelayleb al-Urdini), prenant ainsi ses distances d’al-Zawahiri. Joulani a effectivement contribué à supplanter et à détruire des groupes syriens anti-gouvernementaux plus faibles que le sien, en plus de confisquer leurs armes.

Cependant, AQ s’est heurté à des groupes plus forts, qui étaient ses alliés d’antan comme Ahrar al-Cham et le mouvement Nour al-Din al-Zenki (qui ont formé la semaine dernière une nouvelle alliance appelée « Front syrien de libération »), Suqour al-Cham (les faucons du Levant) et d’autres groupes dans plusieurs régions, principalement à Maarat al-Nouman et à Jabal al-Zawiya, suscitant ainsi une animosité et une hostilité à son endroit par la majorité des Syriens vivant dans cette zone éloignée de tout contrôle du gouvernement syrien.

DXsI23DWsAAD7VC

Joulani a ensuite libéré des centaines de membres de Daech qui avaient trouvé refuge à Idlib pour fuir l’armée syrienne, qu’il a annexés dans ses rangs. Il a aussi pris sous son aile Jund al-Aqsa, l’organisation takfirie proche de Daech, et a livré bataille au « Front syrien de libération ».

Le dirigeant d’al-Qaeda en Syrie est passé « d’icône du front syrien » et de « nous faisons tous partie du Front al-Nosra sans exception » à « al-Joulani est un agent et un païen assoiffé de pouvoir, un mécréant qui révoque et trahit les pactes ».

DXj9uYBWkAEM4pL
Lutte entre les djihadistes: Jabhat al-Nusra a bombardé le village de Bastroun, tenu par les forces anti-gouvernementales

La décision de la Russie d’éliminer al-Qaeda ou al-Nosra a incité la Turquie a prendre ses distances de Joulani et à ordonner à Ahrar al-Cham et à Nour al-Din al-Zenki de le combattre et de lever le voile sur al-Qaeda représenté par Joulani, car le projet djihadiste en Syrie a échoué.

Les explosions de colère répétées d’idéologues salafo-djihadistes comme Abou Qatada al Filistini et Abou Mohammad al Maqdisi (qui croient à la théorie du « poids du groupe », qui appelle tous les moudjahidines à marcher derrière l’organisation sunnite la plus forte et la plus nombreuse, peu importe ses défauts) n’ont pas réussi à prévenir les luttes intestines, qui ont restreint les options offertes à tous les djihadistes dans l’arène syrienne.

DXTaNgRXUAEDNse
“Tajam’o al A’bat”, un nouveau rassemblement de combattants étrangers de l’Arabie Saoudite en Syrie, déclare non impliqué dans les luttes entre djihadistes

Bien que tous ces mouvements sont en orbite autour de l’astre salafo-djihadiste et qu’ils partagent le même crédo et la même foi, leurs tactiques et leurs objectifs divergent. C’est ce qui a amené bien des groupes à abandonner al-Qaeda, en jugeant que le temps était venu de s’en débarrasser, plus particulièrement à Idlib et à Damas.

À Idlib, le gouvernement syrien, avec le soutien de la Russie, a stoppé les attaques dans les régions rurales parce que la Turquie est intervenue à la demande du président Vladimir Poutine, en envoyant des détachements de ses forces armées pour éliminer al-Qaeda, selon des sources proches des preneurs de décision à Damas.

Screen Shot 2018-03-06 at 07.45.35
Une révélation / revendication par un ancien leader de “AQ Syrie”: L’officier américain, John, était au courant de la livraison d’armes américaines à Jabhat al-Nousra par des groupes réels syriens financés par les Etats-Unis “.

À Damas, plus particulièrement dans la Ghouta orientale, l’élimination d’al-Qaeda (Front al-Nosra – Hay’at Tahrir al-Cham) aurait contribué à maintenir la cohésion d’autres groupes armés (comme l’Armée de l’Islam) à Douma, qui est coupée du secteur sud de la Ghouta orientale, séparée en son milieu par l’armée syrienne.

Abou Muhammad al-Joulani a tenté de garder sa tête hors de l’eau, en s’accrochant à une bouée de sauvetage, peu importe laquelle. Sa position est aujourd’hui précaire et il ne fait plus partie de la « révolution syrienne ». Il a fait perdre le soutien dont jouissait al-Qaeda et les moudjahidines sont divisés en deux groupes : l’un qui veut rester au Levant et combattre jusqu’à la mort, l’autre formé de « djihadistes nomades » qui ont commencé à partir pour d’autres destinations, loin de la malédiction associée au Levant, qui a cessé d’être un incubateur de djihadistes ou un environnement sûr pour eux.

Screen Shot 2018-03-06 at 07.46.04
Une révélation / revendication par un ancien leader de “AQ Syrie” sur “le soutien des USA à Jabhat al-Nousra”

Ceux qui préfèrent rester n’ont plus d’avenir au Levant, car le projet djihadiste a échoué. Quiconque reste est considéré comme un agresseur. S’il est tué, « il était un agresseur ». S’il tue, il est considéré comme un meurtrier. Quiconque survit à al-Qaeda va payer un lourd tribut, car voici venu le moment des compromis et des accords en attendant une solution politique globale. Le choix est clair : être assimilé ou adopté par l’une ou l’autre des deux superpuissances, ou devenir un mercenaire pour le compte de différents pays du Moyen-Orient.

Damas et Moscou sont dans les estrades à observer la bataille entre ceux qui partagent la même foi, et attendent que la Syrie « se nettoie d’elle-même », d’autant plus que les sympathisants régionaux ont pratiquement tiré le tapis de sous les pieds de ces djihadistes.

La Russie est prête à éliminer al-Qaeda comme elle a éliminé Daech ainsi que ses châteaux forts et ses lieux de rassemblements dans les zones les plus densément peuplées (à l’exception, bien sûr, de la zone protégée par les USA dont Daech dispose au nord-est de la Syrie). Zawahiri voit son rêve de contrôler le Levant par l’entremise d’al-Nosra se dissiper devant ses propres yeux. Le Front al-Nosra était actif sous la bannière d’al-Qaeda pendant la guerre syrienne parce que Zawaheri voulait croire en Abou Muhammad al-Joulani, un cavalier qui n’a cure d’où provient son cheval et qui épuise ce cheval pour arriver à ses propres fins. Aujourd’hui, la carrière de Joulani prend fin en Syrie avec la chute et la mort du cheval, sans avoir atteint son objectif de s’asseoir au sommet au Levant et de brandir le drapeau noir d’al-Qaeda.

Si vous êtes intéressé par cet(s) article(s), il serait très généreux de votre part de contribuer d’1 Euro seulement. Merci d’avance.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.