De Karbala à al-Fujairah : un acte de sabotage pourrait mettre fin à la perspective d’une guerre cet été au Moyen-Orient

Par Elijah J. Magnier: @ejmalrai

Traduction : Daniel G.

Le 11 janvier 2007, les forces US ont perquisitionné le bureau de liaison iranien à Erbil et capturé trois officiers du « Corps des gardiens de la révolution iranienne ». Neuf jours plus tard, un commando dirigé par un officier du Hezbollah et des membres de la résistance irakienne du groupe de Moqtada al-Sadr (Asaeb Ahl al-Haq) ont mené une attaque audacieuse en plein jour dans la province de Kerbala, à bord de voitures blindées appartenant à un ministre irakien. Ils ont alors capturé et tué cinq soldats et officiers américains. C’est le modus operandi de l’Iran pour transmettre des messages aux USA, des messages sans équivoque qui ne laissent aucune trace iranienne. 

Dimanche matin à 4 heures, heure locale, une forte explosion s’est fait entendre au port d’al-Fujarah dans les Émirats arabes unis, qui a endommagé cinque navires de charge (al Marzoqah, al Miraj, al Majd, al Amijal et Khamsa Ashra), sans toutefois causer de blessure ou de déversement de pétrole ou de produits chimiques. Deux des quatre navires étaient des pétroliers saoudiens. 

Cette opération propre, peu coûteuse, rapide et efficace a donné un immense résultat : elle a mis fin non seulement à la perspective d’une guerre entre les USA et l’Iran cet été, mais aussi d’une guerre entre le Hezbollah et Israël. L’acte de sabotage a donné un avant-goût de ce qui pourrait arriver aux économies des pays du Moyen-Orient et aux importations de pétrole si l’Iran était acculé au mur et attaqué. Les USA et leurs alliés du Moyen-Orient ne peuvent pas s’imaginer ce que l’Iran est capable de faire, même si aucune preuve tangible du sabotage ne mène à l’Iran, en cas de guerre. Trump devra bien réfléchir à sa réélection en 2020 s’il se lance dans une guerre sans horizon ou résultat clair.

À 140 km de détroit d’Hormuz, al-Fujairah est le deuxième centre de ravitaillement en importance du monde. Il est pleinement opérationnel depuis 1983, son premier terminal pétrolier étant entré en fonctions en 1986 et son second en 2010. L’importance d’al-Fujairah s’est révélée lorsque l’Iran a miné le détroit d’Hormuz dans les années 1980. Mais peu importe qui était derrière l’opération de sabotage professionnelle, elle envoie le message clair que les exportations d’or noir ne seront pas possibles si l’Iran n’arrive plus à exporter son pétrole. Elle signale également au monde qu’il subira une hausse vertigineuse des prix du pétrole si l’Iran est encerclé et suffoque comme Donald Trump et ses acolytes cherchent à le faire. 

L’Iran a menacé de fermer le détroit d’Hormuz s’il ne peut vendre son pétrole. Les USA et leurs partenaires du Moyen-Orient tentaient d’ouvrir de nouvelles possibilités pour éviter d’utiliser le détroit d’Hormuz dans le pire des scénarios. L’acte de sabotage d’al-Fujairah s’est produit pas très loin de la base navale américaine à Fujairah, transmettant ainsi un double message à qui de droit. 

L’acte de sabotage, que les autorités émiraties ont d’abord nié dans les heures qui ont suivi, pour ensuite le confirmer plus tard en après-midi, s’est produit peu après l’annonce que les USA envoyaient un porte-avions et des bombardiers B-52 en direction du golfe Persique pour effrayer l’Iran et répondre à toute tentative de s’en prendre au trafic maritime dans le détroit d’Hormuz. Il est peu probable que les USA s’attendaient à ce genre de réaction immédiate et directe. 

Il y a un an, le président Donald Trump a retiré son pays de l’accord de 2015 sur le nucléaire entre l’Iran et les puissances mondiales, puis a réimposé de lourdes sanctions unilatérales visant à paralyser l’économie iranienne. L’Iran a ensuite averti qu’il commencerait à accumuler de l’eau lourde et à enrichir l’uranium à des niveaux supérieurs dans les 60 jours si l’Europe ne trouve pas un moyen de pallier les sanctions des USA. Les derniers événements (l’acte de sabotage d’al-Fujairah) signalent que d’autres réactions à l’agression des USA sont également possibles. 

Si vous êtes intéressé par cet article, il serait très généreux de votre part de contribuer au moins d’1 Euro. Merci d’avance.

Advertisements