Israël cache ses soldats et le Hezbollah sort victorieux jusqu’ici sans le moindre tir

Par Elijah J. Magnier: @ejmalrai

Traduction : Daniel G.

L’armée israélienne a bien réussi à cacher ses soldats le long de sa frontière avec le Liban. Le Hezbollah a ainsi défait l’armée israélienne sans le moindre tir, en l’obligeant à disparaître en laissant derrière elle des mannequins à bord de ses véhicules militaires, afin d’empêcher le Hezbollah de saisir toute occasion de venger la mort de ses membres en Syrie et de répliquer à l’envoi de drones piégés en banlieue sud de Beyrouth ainsi qu’à l’attaque contre un officier militaire palestinien dans la vallée de la Bekaa. Sur une soixantaine de kilomètres le long de la frontière avec le Liban, de la ville côtière de Naqoura aux fermes de Chebaa, le Hezbollah cherche des cibles militaires israéliennes sans trouver apparemment le moindre soldat. Ce qui signifie que le Hezbollah serait forcé de viser un objet non visible à l’intérieur des terres. La banque d’objectifs du Hezbollah est bien garnie et le choix d’une cible israélienne ne sera pas très difficile. Mais le groupe n’est pas tenu de révéler le moment exact de la vengeance, trop heureux de maintenir Israël sur le qui-vive, en instillant la peur et une angoisse continuelle à la grandeur du pays. 

Le Hezbollah n’est pas pressé de fermer le dossier et pourrait bien ne pas vraiment avoir à intervenir. Une frappe contre une cible lointaine révélerait les capacités du Hezbollah. Mieux vaut alors garder l’arsenal spécial caché en vue d’un affrontement militaire plus large et sérieux. Le Hezbollah préfère donc utiliser des missiles guidés au laser, des tireurs embusqués ou des pièges camouflés, ou encore des missiles de précision et des drones suicide capables d’infliger des pertes parmi des soldats israéliens qui se regrouperont (dans la mesure du possible!).  

Pour la première fois depuis 2006 (troisième guerre au Liban), il s’est passé une semaine entière sans violation terrestre du Liban par les Israéliens. Le nombre de violations pouvait grimper jusqu’à cinq par semaine et à 167 par mois (air, terre et mer), sans égard à la Résolution 1701 de l’ONU. Israël continue de violer l’espace aérien libanais des dizaines de fois par jour.

Selon la presse israélienne, le Hezbollah a remporté sa guerre psychologique. Israël surveille évidemment de très près tout mouvement à la frontière, à la recherche de renseignements publics ou secrets qui lui permettraient de contrecarrer une attaque. La théorie voulant que« l’armée israélienne est invincible » ne tient donc plus, maintenant qu’elle est irrévocablement contrainte sous la menace télévisuelle du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah.

En état d’alerte maximale, l’armée israélienne a annulé le congé d’un grand nombre d’unités de combat et a demandé aux colons de n’approcher d’aucun champ à proximité de la frontière. Paradoxalement, le commandant du front nord d’Israël, le général Amir Baram, a rejeté la demande des colons d’ouvrir les abris, pour ne pas augmenter leur degré de nervosité en attendant la réponse meurtrière du Hezbollah.

Pour la première fois, les soldats israéliens le long de la frontière pourraient être même heureux que trois ou quatre de leurs camarades se fassent tuer, ce qui signifierait que la mort n’aurait pas frappé à leur porte. Les soldats israéliens devraient pousser un soupir de soulagement et retourner vaquer à leurs occupations quotidiennes avec une plus grande tranquillité d’esprit une fois l’attaque du Hezbollah passée.

Si l’on se fie aux déclarations militaires et politiques israéliennes, il semble que le vent de la guerre ne souffle pas si fort, car personne n’est en faveur d’un affrontement à plus grande échelle. Mais il est trop tôt pour spéculer, car c’est le premier ministre Benjamin Netanyahu qui décidera d’entraîner ou non Israël dans une guerre.

Israël ne pourra se cacher bien longtemps derrière ses barricades et Tsahal finira bientôt par sortir de sa cachette. Mais le temps commence à presser : chaque jour nous rapproche de la frappe promise par le Hezbollah. Ce n’est qu’ensuite que la pression sera levée, mais pas sur Netanyahu, qui sait que la guerre psychologique lui nuit malgré ses fanfaronnades à propos de ses accomplissements en Syrie et en Irak. Mais il ne peut toutefois pas se vanter d’avoir frappé le Liban ou le Hezbollah, parce qu’il a justement perdu la première manche. Israël a réveillé le génie chiite pendant la guerre de 1982, lorsqu’il a envahi le Liban et porté Sayyed Nasrallah à la tête du Hezbollah en 1992, en assassinant son prédécesseur, Sayyed Abbas al-Moussaoui. Apparemment, Israël a une fois de plus échoué à tirer des leçons de l’histoire et de ses erreurs passées. 

Si vous êtes intéressé par cet article, il serait très généreux de votre part de contribuer au moins d’1 Euro. Merci d’avance.

Advertisements

One thought on “Israël cache ses soldats et le Hezbollah sort victorieux jusqu’ici sans le moindre tir

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.