Le Moyen-Orient fait-il partie de la liste des priorités de Joe Biden? (1)

Par Elijah J. Magnier

Traduction : Daniel G.

Le président américain Donald Trump n’a plus que quelques semaines devant lui avant que la Cour fédérale des USA annonce les résultats définitifs des élections présidentielles et déclare que Joe Biden deviendra le 46e président des États-Unis d’Amérique. Tous les yeux sont tournés vers le président élu qui entrera en fonction le 20 janvier 2021. Quel sera son plan et quelles seront ses priorités? Le Moyen-Orient fera-t-il partie de sa liste de priorités au cours des premiers mois de son mandat ou a-t-il d’autres priorités plus importantes à s’occuper?

Trump laisse à Biden un legs considérable qu’il devra rafistoler d’une part, mais qui lui profitera d’autre part. Dans les deux cas, Biden semble croire qu’il deviendra le sauveur du monde quoi qu’il fasse, en raison des enchevêtrements et des complications laissés par son prédécesseur. Sur le plan intérieur, il doit assurer la stabilité du pays, adopter les réformes nécessaires en réponse à la situation économique mise à mal, s’attaquer aux problèmes liés à la COVID-19 et parvenir à une réconciliation nationale. Pour ce qui est de la politique étrangère, la concurrence est forte avec la Chine, que les USA considèrent comme une superpuissance économique qui doit être contenue en Asie, au Moyen-Orient et en Europe. Il y a aussi la Russie, que la guerre en Syrie a sortie de sa torpeur et qui a maintenant une présence militaire en Libye, en Irak et en Syrie. La présence russe au Moyen-Orient en général est beaucoup plus forte qu’à l’époque de l’Union soviétique et représente évidemment un défi pour la politique d’expansion et de domination américaine désormais bien connue.

La reconstruction des ponts avec l’Union européenne et le retour aux accords internationaux que Trump et son administration ont torpillés ces dernières années doivent également figurer en tête de liste du plan de Biden. Quant à Israël, il est et restera le principal allié stratégique des USA au Moyen-Orient, peu importe qui occupe la Maison-Blanche et son affiliation politique. Travailler pour le bien-être d’Israël doit être l’objectif de chaque président américain. Seuls l’intensité et le niveau de soutien varient.

Le Moyen-Orient ne manque pas de dossiers complexes et brûlants, qu’il s’agisse de l’accord sur le nucléaire iranien, de la présence des forces US en Irak et en Syrie, des Kurdes syriens et irakiens, des relations avec la Turquie ou de la désastreuse guerre du Yémen provoquée par l’Arabie saoudite et les Émirats, mais la nouvelle administration ne les jugera pas nécessairement prioritaires.

La question du Liban ne doit pas non plus être négligée, bien qu’elle semble figurer pas mal au bas de la liste des priorités de Biden. Il ne serait pas surprenant de voir apparaître des conseillers et des assistants de second ordre chargés du dossier libanais par l’administration américaine. La question du Hezbollah demeure toutefois en tête de la liste des priorités des USA, en raison du danger que l’organisation représente pour la sécurité nationale d’Israël. 

Subscribe to get access

Read more of this content when you subscribe today.

Advertisements
Advertisements
Advertisements

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.