L’Iran, la Russie, la Chine, la Syrie et le Hezbollah sont les ennemis des États-Unis au Liban.

Par Elijah J. Magnier: @ejmalrai

Traduction: J.J.

Le témoignage de Jeffery Feltman, ancien sous-secrétaire d’État et ambassadeur des États-Unis au Liban, devant le Congrès américain a provoqué une tempête dans une tasse de thé au Liban, même si, dans l’administration américaine, il n’occupe plus aucun poste officiel. Feltman, qui travaille pour The Brookings Institution, a présenté ses connaissances détaillées, basées sur une attention minutieuse portée aux événements du Liban, en particulier dans le contexte des manifestations en cours qui ont frappé ce pays. Cependant, il ne comprend pas parfaitement la situation. Il a exprimé des vœux pieux dans sa lecture des événements au Liban. Il a montré la complexité de la situation dans le pays et a conseillé le Congrès sur la façon de “vaincre le Hezbollah et l’Iran au Liban” et “d’empêcher la Syrie, la Russie et la Chine de prendre pied dans ce pays”. Mais sa mauvaise interprétation de la dynamique locale et du pouvoir du Hezbollah sert réellement le Liban de manière positive, mais seulement si le Congrès attribue du crédit à ses paroles.

Il n’est pas rare que «l’axe de la résistance» – Iran, Syrie, Irak, Palestine, Hezbollah et Yémen – permette que les malentendus et les sous-estimations de son pouvoir soient diffusés, sans réaction ni rectification de sa part. L’Iran, par exemple, utilise cette méthode pour montrer à quel point certains des procédés visant à le faire plier, et à amplifier leurs effets, sont dommageables, de sorte que les acteurs – en particulier une superpuissance comme les États-Unis – croient que ses sanctions ou ses méthodes sont efficaces. Le président Donald Trump a estimé que le régime iranien tomberait d’ici quelques mois en raison de sanctions plus sévères. Et pourtant, le gouvernement iranien ne cache pas l’effet des sanctions sur son économie, mais est loin de se déclarer vaincu, en établissant son budget annuel hors contribution du pétrole, et s’adapte au châtiment économique de Trump.

Cette approche – selon l’Axe de la résistance – convainc les acteurs d’éviter d’ajouter des mesures plus sévères et pourrait satisfaire l’administration américaine ou ses partenaires du Moyen-Orient, brouillant ainsi la réalité. Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, par exemple, s’est vanté de son efficacité à intercepter toutes les fournitures d’armes au Hezbollah en bombardant des cargaisons expédiées de la Syrie au Liban. Pourtant, il est le premier à reconnaître que le Hezbollah a reçu d’Iran, via la Syrie, des missiles plus précis, ajoutant une puissance de feu mortelle à son arsenal de 150 000 missiles.

Lors de son témoignage, l’ancien diplomate américain a loué et amplifié le rôle de l’armée libanaise dans la défaite d’Al-Qaïda et de “État islamique” aux frontières entre le Liban et la Syrie. Son point de vue – même s’il est quelque peu éloigné de la réalité – pourrait servir à atténuer la position dure des États-Unis qui, ces dernières années, ont voulu appauvrir le Liban. Mais c’est le Hezbollah qui a vaincu les djihadistes, et non les douze missiles «orphelins» accordés conditionnellement par les États-Unis à l’armée libanaise, ni la participation limitée de celle-ci à l’occupation de lieux débarrassés des jihadistes par le Hezbollah au cours de sa progression. Les pertes de l’armée libanaise ont été causées par le passage d’un véhicule sur une mine laissée par les djihadistes.

Si l’administration américaine pense que le Hezbollah pourrait être vaincu par l’armée libanaise, et qu’un Liban en bonne santé était nécessaire pour freiner l’influence du Hezbollah, cela ne peut avoir que des répercussions positives sur le pays. Cependant, le vœu pieux de Feltman se situe dans une optique différente des plans américains visant à imposer de nouvelles sanctions au Liban. Non pas parce que certains décideurs américains sont plus intelligents que Feltman, mais parce que l’administration Trump est en grande partie manipulée par le désir d’Israël de mettre le Liban à genoux et d’imposer par conséquent davantage de sanctions aux chiites et aux chrétiens, tous classés comme des alliés du Hezbollah.

Feltman a affirmé à tort que «la guerre civile est une conséquence de l’influence de l’Iran». Son analyse de l’influence du Hezbollah et de l’Iran n’est pas dans les clous. L’Iran – qui est intervenu au Liban après l’invasion israélienne de 1982 et non lorsque la guerre civile a éclaté en 1975 – veut que le Liban et l’Irak soient stables, car toute guerre civile détournera les partenaires de l’Iran de ses objectifs principaux : la solidarité entre tous les membres de l‘Axe de la résistance pour lutter contre leurs ennemis communs, pour dissuader Israël et soutenir la cause des Palestiniens.

Feltman, un ancien diplomate américain averti – contrairement à d’autres responsables de l’administration américaine – croit toujours, à tort, que l’hégémonie syrienne est un scénario qui pourrait se reproduire au Liban. Les relations entre la Syrie et ses alliés au Liban, en particulier le Hezbollah, ont changé. Depuis de nombreuses années, le président Bachar al-Assad n’est plus directement impliqué dans la politique libanaise, bien que le Liban reste très important pour la Syrie en raison de plusieurs facteurs liés à la sécurité, au commerce et au voisinage. Bien que de nombreux Libanais se rendent encore à Damas, Assad comprend toutefois que les politiciens libanais sont divisés et que l’Axe de la résistance est assez fort pour empêcher un comportement hostile contre la Syrie.

Au Liban, le Hezbollah n’a jamais contrôlé ni bénéficié du soutien de tous les chiites. Même son partenaire proche, le mouvement Amal – bien que non hostile au Hezbollah – rivalise avec lui pour asseoir son influence dans le sud du Liban et dans toutes les positions institutionnellement allouées aux chiites. Il existe de nombreux chiites libanais qui sont des ennemis déclarés du Hezbollah. Ce phénomène n’est pas répandu, mais pas rare non plus. Néanmoins, le Hezbollah a le soutien de la majorité des chiites en raison de la protection contre les djihadistes, apportée à ses alliés parmi les minorités chrétiennes, de son rôle dissuasif contre l’agression israélienne et de son intention d’annexer davantage de territoire libanais – sur terre et en mer.

Les manifestants au Liban sont dans la rue depuis moins de 40 jours pour protester contre la médiocrité des services publics, la mauvaise gestion des ressources économiques et la corruption de tous les dirigeants politiques actuellement au pouvoir. Cependant, la crise s’est aggravée quand il est devenu évident qu’aucun gouvernement ne serait formé de si tôt. Le Premier ministre par intérim, Saad Hariri, veut répondre à la demande des États-Unis d’exclure le Hezbollah et son partenaire chrétien, le «Mouvement patriotique national», du sein d’un cabinet de technocrates, et avoir les mains libres pour nommer tout ministre du futur gouvernement, même s’il ne contrôle que 21 des 128 députés et que ses opposants politiques détiennent la majorité des sièges au Parlement – plus de la moitié – et refusent d’être exclus.

Hariri n’est pas à l’abri de la corruption mais essaie d’enfourcher le cheval des réformes. Ses opposants politiques tiennent à le réélire au poste de Premier ministre, afin qu’il assume la responsabilité de la corruption sous le règne de son père avant lui, et la gestion des nombreux gouvernements qu’il a dirigés après l’assassinat de son père. Ses partisans ont été poussés dans les rues pour contribuer à bloquer les routes principales au Liban : un signal qui visait à faire pression, mais qui participait à la paralysie du pays.

En moins de deux mois de fermeture des routes, le Liban a perdu environ 2 milliards de dollars d’échanges commerciaux. Sa monnaie s’est dévaluée de 33% par rapport au dollar sur le marché noir.

Ce n’est que la semaine dernière que l’armée libanaise a pris la décision de garder toutes les routes principales ouvertes, afin d’éviter une éventuelle aggravation de la situation. Les villes chiites et le principal axe reliant Beyrouth au sud du Liban, à la vallée de la Bekaa, étaient fermées depuis plusieurs jours. Une telle situation était sur le point de déclencher une réaction qui aurait pu entraîner le pays dans une situation dangereuse.

Le Liban est au bord de la faillite totale. Il n’y a plus de confiance dans la lire libanaise, ni dans le système bancaire. Le soutien américain – non lié à la crise financière – de 105 millions de dollars à l’armée libanaise couvre à peine une petite partie du déficit de 85 milliards de dollars du pays.

Seules la Chine et la Russie, les pays que Feltman craint le plus, peuvent apporter un espoir financier au Liban. La Chine a investi dans le port de Haïfa par un contrat de 25 ans visant à élargir sa capacité de transport et à moderniser les centrales électriques et les transports publics en Israël, dépensant 12,19 milliards de dollars entre 2005 et 2019.

La Chine a signé un contrat avec l’Iraq pour la réalisation de 80 puits de pétrole dans le gigantesque gisement de Majnoon Basra pour un montant de 54 millions de dollars et un autre contrat pour le forage de 43 puits de 255 millions de dollars afin de porter la production de pétrole à 400 000 barils par jour. Elle a signé un contrat de 1,39 milliard de dollars pour le logement, l’éducation et les soins médicaux dans des projets à Najaf, Karbalaa et Basra. Le volume des échanges entre l’Irak et la Chine a dépassé les 30 milliards de dollars en 2017. La Chine importe chaque année 20 milliards de dollars de pétrole brut irakien, avec une augmentation annuelle de 10% des échanges commerciaux.

Contrairement à Israël, principal partenaire des États-Unis, les politiciens libanais pro-américains sont très soucieux de ne pas nuire à Washington et rejettent donc tout don russe ou accord économique important avec la Chine, même si cela pourrait relancer l’économie affaiblie du Liban.

Le fragile équilibre politique et économique du Liban contribue à sa désintégration financière. L’administration américaine se comporte comme un éléphant dans un magasin de porcelaine au Moyen-Orient, imposant des sanctions sans distinction, mais obtenant peu en retour. Ses décisions agressives et arrogantes fabriquent des ennemis à Trump, et alimentent l’incompréhension des États-Unis quant à la dynamique du Moyen-Orient. L’Iran, le Liban, l’Iraq, le Yémen et la Syrie sont les exemples les plus évidents de situations où l’administration Trump «donne des coups d’épée dans l’eau» et contribue ainsi de manière significative au succès de l’Iran et de ses alliés. À présent, les «politiques» de Trump – identifiées comme «la plus grande source d’instabilité mondiale» – permettent à la Russie et à la Chine d’être présentes dans de plus en plus de pays du Moyen-Orient.

Si vous êtes intéressé par cet article, il serait très généreux de votre part de contribuer au moins d’1 Euro. Merci d’avance.

Copyright © https://ejmagnier.com, 2019

Advertisements

One thought on “L’Iran, la Russie, la Chine, la Syrie et le Hezbollah sont les ennemis des États-Unis au Liban.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.